La contraception et la grossesse

Les con­doms sont incroy­able­ment effi­caces en tant que méth­ode de con­tra­cep­tion, mais ce n’est pas le seul choix

Il y a beau­coup de dif­férentes manières de te pro­téger con­tre une grossesse non désirée.

C’est ici où tu pour­ras tout appren­dre sur d’autres méth­odes de con­tra­cep­tion ain­si que ce que tu peux faire si tu soupçonnes que toi ou ta parte­naire est enceinte.

La con­tra­cep­tion 

Le con­dom est la meilleure méth­ode de pro­tec­tion con­tre la grossesse et les ITS. Pour obtenir plus d’information sur le con­dom, clique sur le lien ci-dessus pour con­sul­ter la page Con­doms. Toute­fois, tu voudras peut-être utilis­er un con­dom avec une deux­ième méth­ode de con­tra­cep­tion pour prévenir une grossesse au cas où le con­dom se déchir­erait ou si tu né peux pas te fier à ton parte­naire pour utilis­er un con­dom à chaque fois.

Pour obtenir plus d’information sur les méth­odes de con­tra­cep­tion, clique sur les liens ci-dessous pour con­naître les méth­odes les plus util­isées. Tu trou­veras de l’information générale sur chaque méth­ode, notam­ment le coût et la cou­ver­ture du coût par divers régimes d’assurance-maladie. Pour obtenir plus de détails, con­sulte ton médecin, une infir­mière prati­ci­enne ou une infir­mière, ou vis­ite la clin­ique le plus près de chez toi (clique sur Rechercher une clin­ique et Où trou­ver des con­doms).

Méth­odes à mode d’action prolongé :

Méth­odes exigeant une atten­tion plus suivie :

Méth­ode moins effi­cace, mais quand même disponible :

Con­tra­cep­tion d’urgence :

Méth­odes non hor­monales ou méth­odes de barrière

Pour obtenir de l’information sur l’éponge con­tra­cep­tive, la Lea Shield, la cape cer­vi­cale, le diaphragme et le sper­mi­cide, con­sulte la page Méth­odes non hor­monales du site Web Ma Sexualité.

Si tu n’es pas sûr ou sûre quelle méth­ode de con­tra­cep­tion te con­vien­dra, con­sulte l’application en ligne,Une déci­sion judi­cieuse, du site Web Ma Sex­u­al­ité. Tu y trou­veras des ques­tions qui te per­me­t­tront de dis­cuter des dif­férentes options avec ton four­nisseur de soins de santé.

La grossesse 

La plu­part des femmes né savent pas qu’elles sont enceintes avant qu’elles saut­ent un cycle men­stru­el, l’un des pre­miers signes d’une grossesse. Par con­tre, tu peux sauter un cycle men­stru­el pour d’autres raisons : le stress, une perte de poids ou l’oubli d’une de tes pilules con­tra­cep­tives. Si tu es sex­uelle­ment active et que tu n’as pas eu tes règles, fais un test de grossesse.

Voici d’autres signes d’une grossesse :

  • Les nausées ou les vomissements;
  • De petites pertes sanglantes vaginales;
  • Les seins enflés ou des douleurs aux seins;
  • Des change­ments d’humeur;
  • Une fatigue fréquente;
  • Un change­ment au niveau de l’appétit;
  • Un goût de métal dans la bouche;
  • Les aréoles plus fon­cées (les cer­cles autour de tes mamelons);
  • Une sen­si­bil­ité aux odeurs.

Un test de grossesse 

Tu peux te pro­cur­er un test de grossesse dans n’importe quelle phar­ma­cie. En général, tu fais pipi sur un bâton et tu attends quelques min­utes pen­dant que le test cherche l’hormone de grossesse. Si l’hormone est présente, le test don­nera un résul­tat posi­tif : tu es enceinte. Si l’hormone n’est pas présente, le test don­nera un résul­tat négatif.

Il est impor­tant de recon­naître qu’un test de grossesse peut par­fois don­ner un résul­tat négatif même si tu es enceinte. On appelle ce résul­tat un « faux négatif » et il peut se pro­duire parce que cela peut pren­dre du temps avant que l’hormone de grossesse se présente. Donc, tu peux obtenir un résul­tat négatif, mais si tu refais le test quelques jours plus tard, le résul­tat pour­rait être posi­tif. Par con­tre, il est presque impos­si­ble d’obtenir un « faux posi­tif », alors si le test donne un résul­tat posi­tif, tu es fort prob­a­ble­ment enceinte.

Tu peux con­firmer le résul­tat chez ton four­nisseur de soins de san­té ou dans une clin­ique à l’aide d’une analyse de l’urine (le pipi) ou du sang. Une analyse du sang est plus pré­cise parce que l’hormone de grossesse se présente plus tôt dans le sang que dans l’urine. Alors si tu as obtenu un résul­tat négatif du test de grossesse mais tu n’as pas eu tes règles, demande à ton four­nisseur de soins de san­té de com­man­der une analyse du sang.

Les solu­tions pos­si­bles dans le cas d’une grossesse 

Je suis enceinte. Qu’est-ce que je dois faire?

La décou­verte d’une grossesse peut sus­citer beau­coup de sen­ti­ments, par­fois con­fus. Tu pour­rais ressentir :

  • la peur;
  • l’excitation;
  • le décourage­ment;
  • la joie;
  • le choc;
  • la con­fu­sion;
  • la soli­tude;
  • la colère;
  • le déni;
  • ou une com­bi­nai­son de tous ces sentiments.

Il peut t’être utile de par­ler avec quelqu’un de tes sen­ti­ments et des dif­férentes options disponibles. Si tu n’as pas un bon ami ou une bonne amie ou un mem­bre de famille pour t’aider, tu peux par­ler avec un con­seiller ou une con­seil­lère dans une clin­ique (con­sulte les pages Rechercher une clin­ique et Où trou­ver des con­doms).

Quelle que soit l’option que tu choi­sis, il est impor­tant d’obtenir des soins de san­té le plus tôt pos­si­ble. Si tu attends trop longtemps pour obtenir des soins, tes options peu­vent être lim­itées. Essaie de trou­ver des gens et des organ­ismes qui t’aideront à pren­dre la déci­sion qui te con­vient le mieux. Cer­tains organ­ismes te don­neront seule­ment de l’information sur le choix d’être par­ent ou l’adoption, mais pas tous les faits sur l’avortement. Si on te fait de la pres­sion pour faire un seul choix, tu voudras peut-être trou­ver un sou­tien ailleurs. N’oublie pas que seule toi as le dernier mot sur l’option qui te convient.

Si tu es enceinte, tes options inclu­ent le choix d’être par­ent, l’avortement, l’adoption et la tutelle. Obtiens toute l’information pos­si­ble pour t’aider à pren­dre une décision.

Le choix d’être parent

Si tu songes à élever ton enfant, par­le avec une per­son­ne dans une clin­ique pour ado­les­cents ou dans un cen­tre de san­té com­mu­nau­taire pour obtenir de l’information sur les ressources disponibles (con­sulte les pages Rechercher une clin­ique et Où trou­ver des con­doms). Les ressources peu­vent inclure :

  • Des con­seillers ou conseillères;
  • Des livrets et de la doc­u­men­ta­tion sur les pra­tiques parentales;
  • Des cours de nutri­tion pour toi et ton enfant ou sur les pra­tiques parentales positives;
  • Des groupes d’entraide com­posés d’autres jeunes parents.

Si tu as moins de 18 ans, les Ser­vices à l’enfant et à la famille (SEF) pré­pareront un dossier pour toi et ton enfant pour suiv­re votre pro­grès. Ils com­pren­nent que, du fait que tu es un jeune par­ent, tu pour­ras te trou­ver face à des défis sup­plé­men­taires et ils veu­lent t’offrir un soutien.

Les soins pré­nataux sont très impor­tants pour ta san­té et celle du fœtus. Si tu te présentes à l’hôpital pour accouch­er sans avoir eu de soins pré­nataux, l’hôpital sera obligé d’avertir son tra­vailleur social ou sa tra­vailleuse sociale.

Si tu es enceinte ou tu as un bébé de moins d’un an, tu peux fréquenter un Pro­gramme d’aide com­mu­nau­taire pour des bébés en san­té (clique ici pour en trou­ver un). Ces pro­grammes pro­posent un sou­tien aux par­ents, de l’information rel­a­tive au développe­ment d’un nour­ris­son et l’alimentation saine, des options pour un mode de vie sain et l’occasion de ren­con­tr­er d’autres parents.

Si tu décides d’élever ton enfant, tu pour­ras être admis­si­ble à recevoir un chèque tous les mois pour t’aider à acheter des ali­ments sains qu’il te faut pen­dant ta grossesse. Il s’agit des Pro­grammes d’allocation pré­na­tale et ils visent les familles dont le revenu famil­ial est inférieur à 32 000 $ par année. Pour obtenir plus d’information, con­sulte https://​www​.gov​.mb​.ca/​h​e​a​l​t​h​y​c​h​i​l​d​/​h​e​a​l​t​h​y​b​a​b​y​/​i​n​t​r​o​.​f​r​.html.

L’avortement

L’avortement con­siste en un moyen de met­tre fin à une grossesse non désirée. Au Man­i­to­ba, l’avortement est un moyen sûr et légal lorsqu’il est pra­tiqué par un médecin qualifié.

Cer­tains médecins vont pra­ti­quer un avorte­ment pré­coce dans leur bureau et d’autres vont le pra­ti­quer dans une clin­ique spé­cial­isée. À Win­nipeg, un avorte­ment peut avoir lieu jusqu’à 16 ou 19 semaines de grossesse (selon le médecin) ou jusqu’à 10 semaines de grossesse à Bran­don. Win­nipeg et Bran­don sont les deux seules villes au Man­i­to­ba où on peut avoir un avortement.

Si tu as une carte de san­té Man­i­to­ba, un avorte­ment né te coûte rien (il peut te coûter jusqu’à 500 $ si tu viens de l’extérieur de la province) et tu peux en obtenir un sans le con­sen­te­ment de tes par­ents. Si tu prévois deman­der un avorte­ment sans le con­sen­te­ment de tes par­ents, tu peux aller à une clin­ique pour ado­les­cents où un médecin pour­ra pra­ti­quer l’avortement plus tôt sans le con­sen­te­ment des parents.

L’adoption

L’adoption con­siste à men­er la grossesse à terme (accouch­er du bébé) et ensuite per­me­t­tre à une famille d’adopter le bébé. Cette famille élèvera le bébé et s’en occu­pera comme s’il était le sien. Cer­taines per­son­nes né peu­vent pas avoir leurs pro­pres enfants pour des raisons physiques, alors l’adoption leur offre la pos­si­bil­ité de devenir par­ents sans don­ner nais­sance à un bébé.

Dans le cadre d’une adop­tion, tu signes une entente 48 heures après l’accouchement par laque­lle tu aban­donnes tes droits parentaux. Une fois l’entente signée, les par­ents biologiques ont 21 jours pour chang­er d’avis. S’ils changent d’avis, les SEF con­tin­ueront de tra­vailler auprès d’eux afin de les aider dans leur rôle parental. Si les par­ents biologiques né changent pas d’avis, tous leurs droits parentaux sont retirés.

Les par­ents biologiques peu­vent deman­der une adop­tion ouverte, leur per­me­t­tant de garder le con­tact avec les par­ents adoptifs.

La tutee

La tutelle veut dire qu’une per­son­ne, autre que le par­ent, prend la respon­s­abil­ité légale d’élever l’enfant à court terme ou de façon per­ma­nente. Cette per­son­ne peut aus­si être un mem­bre de ta famille élargie ou une per­son­ne à l’extérieur de la famille. Cette per­son­ne doit faire une demande offi­cielle auprès d’un avo­cat pour devenir tuteur. Au con­traire de l’adoption, les droits parentaux né sont pas automa­tique­ment retirés. De cette manière, le par­ent biologique peut un jour faire une nou­velle demande de tutelle et élever l’enfant.

Où trou­ver de l’aide 

Si tu es enceinte, tu né seras pas seule. Il y a des per­son­nes pour te soutenir, dis­cuter des dif­férentes options et t’aider à pren­dre une déci­sion. Essaie de trou­ver une per­son­ne qui né te cul­pa­bilis­era pas et qui né te fera pas de pression.

Tu voudras peut-être par­ler avec :

  • Un mem­bre de ta famille;
  • Des amis ou des amies;
  • Un con­seiller ou une conseillère;
  • Un médecin ou une infir­mière praticienne;
  • Une infir­mière de san­té publique.

Pour obtenir du sou­tien et de l’information, tu peux :

  • Aller dans une clin­ique pour adolescents;
  • Aller dans une clin­ique de san­té communautaire;
  • Appel­er une ligne d’écoute téléphonique.

À l’intention des partenaires 

La grossesse non plan­i­fiée de ta parte­naire peut se révéler dif­fi­cile pour toi aus­si. Tout comme ta parte­naire, il se peut que tu ressentes dif­férentes émo­tions. Il se peut aus­si que tu te sentes impuis­sant puisque ta parte­naire a le dernier mot con­cer­nant l’option à choisir.

Si tu peux, par­les-en avec ta parte­naire. Sinon, par­le avec d’autres per­son­nes qui offrent du sou­tien aux per­son­nes qui sont dans ta situation :

  • Un con­seiller ou une con­seil­lère peut t’aider à accepter la déci­sion de ta partenaire.
  • Tu peux aus­si obtenir du sou­tien après un avorte­ment, du sou­tien parental ou du sou­tien dans le cas d’une adoption.

Pour obtenir de l’information con­cer­nant le coun­selling et d’autres formes de sou­tien, com­mu­niqué avec une clinique.